m
La plateforme documentaire du CTIFL
La plateforme documentaire du CTIFL
     
Ouvrage

H 0 00114800
EVALUATION DU POTENTIEL DE DIFFERENTES PLANTES CRUCIFERES COMME PLANTES PIEGES CONTRE LA MOUCHE DU CHOU (DELIA RADICUM) DANS LES CULTURES DE CHOU ET DE RUTABAGA BIOLOGIQUES

B

TREMBLAY (J), MYRAND (V), BOUCHARD (A)

FR/CIEL

FR/CIEL

2014

48 P.

français, graph., TABL_>6TABL

La mouche du chou cause d'importants dommages dans les cultures de Brassicacées au Québec. La lutte contre ce ravageur représente un défi pour les producteurs maraîchers biologiques qui essuient de fortes pertes et qui n'ont recours qu'à des méthodes culturales telles que les rotations de culture, la couverture des rangs avec des filets et la diversité biologique des cultures afin de faire face à la situation. Le projet d’une durée de 3 ans (2011-2013) a pour objectif d’évaluer le potentiel de différentes plantes crucifères en tant que plantes pièges contre la mouche du chou. La première année a été consacrée à sélectionner les plantes présentant la plus forte attractivité pour l’insecte. La deuxième année, la plante la plus prometteuse selon les résultats de la première année (le daïkon) a été disposée en association/compétition avec quatre cultures commerciales et une vaste sélection de plantes crucifères a été évaluée à nouveau en 2012. Enfin, la troisième année, une sélection de quelques plantes intéressantes, dont le daïkon, ont été évaluées en association/compétition avec les cultures commerciales de rutabaga et de chou vert.

culture biologique, insecte ravageur, lutte biologique, expérimentation, comportement pédoclimatique

CHOU BROCOLI, CHOU CHINOIS, CHOU FLEUR, CHOU RAVE, RUTABAGA, CHOU NAVET

QUEBEC

Paregle radicum (L.)

I/DELIA SP.

30/10/2014

Z